Cliquez ici pour afficher une version imprimable de cette page

Répeteur de sonnerie

Introduction
1. La ligne téléphonique traditionnelle
2. Les lignes des "BOX"
3. Le principe retenu
4. Les schémas
5. Les typons et les implantations des composants
6. Les essais et réglages
7. Installation

Introduction

A qui cela n'est pas déjà arrivé : vous êtes en train de bricoler dans votre atelier, dans la cave, le grenier ou le garage, et vous n'entendez par une personne à l'entrée de chez vous ou le téléphone sonner.
Inversement, après avoir travaillé de nuit ou être rentré tard le soir, votre nuit de sommeil est interrompue par le coup de téléphone d'une société de télémarketing ou la visite d'un VRP.

Le montage que je vous propose de réaliser ici va vous permettre de maîtriser votre disponibilité :
  • d'une part en détectant une sonnerie (porte ou téléphone) et en la signalant par la mise en route de n'importe quel appareil de votre choix (lampe, flash, sirène) pour ne plus manquer un appel même en plein travaux
  • d'autre part en vous permettant, si le besoin s'en fait sentir, de basculer votre domicile en mode silence en appuyant sur un simple bouton
La difficulté de ce montage réside dans la détection des sonneries téléphoniques, qu'il s'agisse d'une ligne France Telecom analogique traditionnelle ou d'une box. Les deux parties suivantes y seront consacrées. Le reste, relativement simple (mise en forme des signaux, câblage de la sonnette), sera vu avec les schémas.

1. La ligne téléphonique traditionnelle :

Bien que le câble PTT qui arrive dans votre maison comporte 8 fils, seuls deux sont utilisés pour faire fonctionner votre ligne téléphonique, que celle-ci soit traditionnelle, haut débit, dégroupée ou non. En règle générale ce sont les fils blanc et gris qui sont utilisés.

Lorsque la ligne est au repos ; c'est-à-dire lorsque :
  • les téléphones (et éventuels modems ADSL) sont branchés sur la ligne
  • tous les téléphones sont raccrochés
  • aucun téléphone ne sonne
elle présente à ses bornes une tension continue de 48V. Cette tension peut varier entre 45V et 55V. La polarité n'est pas définie (le fil blanc ou le gris peuvent être le pôle positif), elle peut même être changée suite à une intervention sur votre ligne sans que cela ne perturbe le fonctionnement des téléphones et modems.

Lorsque l'on vous appelle et que les téléphones sonnent, la ligne présente toujours une tension continue de 48V à laquelle est ajoutée des impulsions de sonnerie sous forme de signaux sinusoïdaux d'amplitude 48V, de fréquence 50Hz, de durée 1,4s, espacés de 3,6s comme le montre le graphique suivant :



Lors d'une sonnerie, la tension alternative de 96V alimente directement le circuit de sonnerie des téléphones, à moins que ceux-ci disposent d'un bloc d'alimentation 220V (ce qui est le cas des combinés évolués modernes). Si vous raccordez à une ligne téléphonique plusieurs combinés sans alimentation, il est possible que la ligne ne puisse pas fournir assez de courant pour faire sonner les téléphones.

Lorsque vous décrochez un téléphone, la ligne présente une tension continue beaucoup plus basse (la baisse de tension est provoquée par la consommation de courant sur la ligne par le téléphone). Cette tension est de l'ordre de 10V à 20V. A cette tension est superposée les signaux correspondant à la voix, d'une amplitude de 1,5 à 5V :



La consommation de courant sur la ligne par un téléphone lorsqu'il est décroché a deux objectifs :
  • permettre au central téléphonique de détecter qu'un téléphone est décroché
  • fournir au téléphone le courant électrique lui permettant de fonctionner
ainsi même les téléphones dotés d'une alimentation 220V autonome doivent consommer du courant pour décrocher la ligne.

Si vous décrochez plusieurs téléphones en même temps sur la même ligne, la tension chutera à une valeur plus basse. Une ligne téléphonique permet ne peut pas faire fonctionner plus de deux ou trois combinés à la fois.

Toujours d'après la littérature technique, l'impédance d'une ligne téléphonique avoisine les 600 Ohms.

Et l'ADSL dans tout ça ? Les signaux ADSL sont des signaux hautes fréquences, qui sont bloqués par le filtre ADSL. Donc ce que nous venons de dire sur le fonctionnement d'une ligne téléphonique traditionnelle reste valable sur une ligne haut débit en aval du filtre ADSL.

J'ai réalisé quelques mesures sur ma ligne téléphonique analogique (je ne suis pas en dégroupage total, je dispose toujours de ma ligne France Telecom, et en plus d'une ligne VOIP venant de ma Freebox). Je retrouve aux tolérances près les valeurs théoriques :
  • Tension au repos : 53,8V
  • Tension en sonnerie : 53,8V + trains de sonnerie 50Hz 96V pendant 1,4s espacés de 3,6s
  • Tenson avec téléphone décroché : 18,7V
  • Modulation de la voix en conversation : 4 à 5V maximum superposée aux 18,7V continus
Voici l'allure des signaux vu à l'oscilloscope :






Concernant l'impédance de ligne, j'ai mesurée sa résistance interne en y raccordant des résistances. Je trouve 743 Ohms. Cela correspond à l'ordre de grandeur des 600 Ohms évoqués précédemment. La valeur plus élevée est probablement due à la longueur de ma ligne téléphonique ; d'autre par cette valeur de 743 Ohms est une résistance interne, elle ne correspond pas tout à fait à l'impédance que voient les signaux alternatifs.

2. Les lignes des BOX

Maintenant intéressons nous aux lignes téléphoniques VOIP, c'est-à-dire sur la prise de nos BOX ADSL permettant de raccorder un ou plusieurs téléphones. Cette prise a vocation, dans le cadre du dégroupage total, à remplacer la bonne vielle ligne téléphonique analogique. Elle devrait donc en théorie présenter les mêmes niveaux de tension.

J'ai donc réalisé les mêmes mesures, avec le même matériel et le même téléphone.
La box concernée est une FREEBOX V5 ADSL (boitier TV et modem séparés, version avec coupleurs CPL).

La tension au repos est de 38,2V.
Lorsque le téléphone est décroché, la tension tombe à 9,8V ; la modulation maximum en conversation est de 2 à 3V.
En sonnerie, les signaux ont les bonnes caractéristiques temporelles (trains de sonnerie de 50Hz d'une durée de 1,4s espacés de 3,6s) mais les niveaux de tension sont très différents : il n'y a plus de composante continue et la composante alternative à une amplitude de 48V (soit moitié moins que la norme 96V). De plus la sinusoïde est mal lissée, on peut distinguer nettement à l'il des marches d'escalier. En fait la sinusoïde est générée via un convertisseur numérique - analogique d'une fréquence d'échantillonnage de 1kHz, et d'une résolution probablement égale à 16 bits.

Voici l'allure du signal de sonnerie de la sortie VOIP de la freebox :



Même si la ligne VOIP fonctionne et que les conversations téléphoniques sont possibles, les niveaux de tension sont insuffisants, en particulier lors des sonneries. La freebox est incapable de faire sonner deux téléphones traditionnels (sans bloc d'alimentation autonome).

Conclusion : il est tout à fait possible qu'un appareil conçu pour fonctionner sur une ligne téléphonique (téléphone, fax, alarme, centrale domotique ) ne fonctionne pas normalement voir pas du tout si vous le raccordez à une BOX.

Il faut préciser que ces mesures ont étés réalisées avec ce qui se fait de mieux en matière de BOX, le dernier modèle de Freebox. Les premiers internautes qui ont eu le (dé)plaisir d'expérimenter la VOIP se souviennent d'un fonctionnement erratique et d'une qualité audio très mauvaise ; ce qui signifie que les premières BOX délivraient des signaux qui s'éloignaient encore plus des standards téléphoniques.

Pour notre montage de répéteur de sonneries, il va donc falloir prévoir un réglage des seuils de détection différent pour la partie qui va surveiller la ligne analogique et celle qui va surveiller la ligne VOIP.

3. Le principe retenu

Il reste une chose à dire à propos des lignes téléphoniques : un appareil qui y est raccordé ne doit pas être raccordé à un autre réseau (EDF, informatique) ou alors il faut mettre en uvre une isolation galvanique.

En effet, raccorder un montage à une ligne téléphonique et à un autre réseau sans isolation revient à relier un des pôles de la ligne téléphonique à la terre, au neutre, à une phase ou autre chose La ligne ne fonctionnera plus correctement, et il est même possible d'endommager du matériel.

Pour réaliser une isolation galvanique, il faut utiliser des composants qui transmettent une information ou de l'énergie sans contact ; ainsi, dans l'exemple qui suit :
  • le transformateur alimente le montage depuis le réseau EDF en maintenant une isolation entre son secondaire et le primaire
  • l'optocoupleur transmet une information à l'ordinateur sans contact
  • le relai mets en route un autre appareil électrique sans contact


Les parties en rouge sont isolées galvaniquement de la ligne téléphonique.

Nous avons maintenant fait le tour des caractéristiques des lignes téléphoniques ; attaquons-nous au fonctionnement de notre montage proprement dit.

Comment détecter une sonnerie ? La question peut être reformulée en disant comment un signal de sonnerie se distingue-t-il des autres signaux (repos, conversation) ?

Dans tous les cas la composante continue est présente et peut être assez variable ; il faut que notre montage y soit insensible. Nous commencerons donc par filtrer le signal de la ligne pour éliminer la composante continue.

Reste la composante alternative. Celle-ci peut être une sonnerie (50Hz, amplitude 48V à 96V) ou bien de la voix (fréquence 20Hz à plus de 10kHz, amplitude maxi 5V). Donc il suffit de mesurer l'amplitude de la composante alternative ; si celle-ci dépasse 30V nous sommes sûrs d'avoir à faire à un signal de sonnerie.

Cela étant dit il apparaît inutile de pourvoir le module FT et le module VOIP d'un réglage, les tolérances étant assez larges. Des essais ont néanmoins démontrés que c'était nécessaire, car lors des transitoires (décrochage, raccrochage) les variations de tensions occasionnées peuvent être vu par le montage comme un signal de sonnerie.

Comme le signal de sonnerie n'est pas continu mais intermittent (trains de sonnerie de 1,4s espacés de 3,6s), il sera nécessaire de munir notre montage d'un monostable redéclenchable pour obtenir une sortie alimentée en continu pendant toute la durée de la sonnerie.

Voici comment se comporte un monostable redéclenchable d'une durée t :



En choisissant pour t une valeur supérieure à 3,6 secondes, nous obtiendrons une sortie continue.

Puisque notre montage ne sera sensible qu'à la composante alternative, la polarité de la ligne n'aura aucune influence sur lui.

Tout est dit. Pour que le montage soit polyvalent et évolutif, il sera divisé en plusieurs cartes, raccordée entres elles par un câble :
  • la carte cave
  • la carte téléphones
  • la carte sonnette
  • la carte coupures
La carte cave (ou atelier) contiendra l'alimentation 220V du montage. Afin de respecter l'isolation galvanique, elle enverra du 12V 50Hz vers la carte téléphone qui elle-même contiendra des transformateurs. Cela éviter de devoir transporter du 220V partout, mais si vous le souhaitez, la carte téléphone prévoit cette possibilité ce qui vous fera économiser un transformateur.

La carte cave contiendra les monostables, des voyants pour indiquer ce qui sonne (ligne FT, ligne VOIP ou porte d'entrée) et une sortie 220V pour alimenter les appareils de votre choix.

La carte téléphone servira uniquement à surveiller les lignes FT et VOIP pour détecter une sonnerie.

La carte sonnette permet de renvoyer une information vers la carte cave lorsque quelqu'un sonne à l'entrée. Elle permet également de couper la sonnette lorsque le bouton correspondant de la carte coupure est en fonction. Elle permet enfin, via un monostable de la carte cave, de garantir une durée minimale de la sonnerie, pour éviter qu'un appui trop bref d'un visiteur ne passe inaperçu.

Enfin la carte coupure comporte simplement des interrupteurs permettant de couper les lignes téléphoniques et la sonnette. Disposé judicieusement dans le couloir de l'étage, elle permet de mettre la maison au calme lorsqu'il faut absolument rattraper des heures de sommeil la journée. Des leds clignotantes haute luminosité signalent lorsqu'une ou plusieurs sonneries sont désactivées, de façon à ne pas oublier de les remettre en route.

La liaison entre les cartes sera faite à l'aide d'un câble PTT de huit conducteurs. Ce type de câble est bon marché, chaque fil à une couleur différente, et leur section et leur isolant sont adaptés aux tensions et courants à véhiculer.

4. Les schémas

Voici le schéma de la carte téléphones :



La partie VOIP étant identique elle n'a pas été représentée. Les composants avec une référence impaire sont ceux de la partie FT, les autres (hormis TR2) sont ceux de la partie VOIP. Si du 220V est disponible à proximité de l'endroit où vous installerez cette carte, remplacer TR2 par un fusible pour alimenter directement TR3 et TR4 en 220V (voir implantation des composants).

TR3, B1, C1, C3, REG1 et D1 alimentent le montage en +5V.

C5, R1, R3 et R5 constitue un filtre passe haut pour que le montage ne récupère que la composante alternative de la tension présente sur la ligne téléphonique.

R1, R3 et R5 forment un diviseur de tension, D3 et D5 redressent le signal prélevé ; aux bornes de R5 on ne trouve que les alternances positives de la composante alternative divisés par un facteur de 15,25.

La diode zener DZ1 protège l'amplificateur opérationnel IC1 en empêchant sa tension d'entrée de dépasser la valeur de la tension d'alimentation.

IC1 est monté en comparateur ; lorsque la tension aux bornes de R5 dépasse un seuil réglable par P1, la sortie d'IC1 est égale à la tension d'alimentation. Ce seuil doit être réglé pour que le montage détecte une sonnerie sans se déclencher lors des transitoires.

Lors d'une sonnerie, à la sortie d'IC1 on trouve des créneaux d'une fréquence de 25Hz, étant donné que R5 n'est traversé que par les alternances positives de la composante alternative du signal téléphonique.

D7, R11 et C7 réalisent un redressement et un filtrage de la tension de sorte d'IC1 pour que le transistor pilotant le relais soit commandé en continu pendant un train de sonnerie (1,4 seconde).

D9 protège le transistor contre la tension induite du relais lors de la coupure de son alimentation. D1 protège le régulateur de tension contre les retours de tension.

Voici les valeurs des composants :
TR2 = Transformateur moulé 2,5VA 220V / 9V
TR3 = TR4 = Transformateur moulé 1,5VA 220V / 18V
B1 = B2 = Pont redresseur
D1 = D2 = D9 = D10 = 1N4001
D3 = D4 = D5 = D6 = D7 = D8 = 1N4148
DZ1 = DZ2 = Diode zener 1/4W 4,7V
IC1 = IC2 = LM324 ou tout ampli opérationnel fonctionnent avec une alimentation 05V
REG1 = 7805
T1 = T2 = 2N2222
C1 = C2 = Condensateur chimique polarisé 330f 35V
C3 = C4 = Condensateur céramique 100nf 250V
C5 = C6 = Condensateur céramique 100nf 250V
C7 = C8 = Condensateur chimique polarisé 33f 16V
R1 = R2 = 470KOhms 1/4W
R3 = R4 = R5 = R6 = 33KOhms 1/4W
R7 = R8 = 8,2KOhms 1/4W
R9 = R10 = 2,2KOhms 1/4W
R11 = R12 = 330 Ohms 1/4W
R13 = R14 = 2,2KOhms 1/4W
P1 = P2 = Ajustable 10K linéaire
RL1 = RL2 = Relais bobine 5V contact 1T ou 1RT miniature pour circuit imprimé

Remarque : les transformateurs TR3 et TR4 sont des modèles 18V car l'utilisation de TR2 comme transformateur d'isolement occasionne des pertes de tension qui font que la tension en sortie de TR3 et TR4 est de 10V environ. Si vous alimentez la carte téléphone directement en 220V, vous pouvez utiliser pour TR3 et TR4 des modèles avec un secondaire de 9V.

Avant de continuer, je vais donner les numéros et fonctions des différents fils du câble de liaison, en fonction de leur couleur :
(1) Fil Transparent Alimentation 12V 50Hz pôle 1
(2) Fil Brun Alimentation 12V 50Hz pôle 2
(3) Fil Bleu 0V (commun des contacts)
(4) Fil Gris Contact sonnerie FT
(5) Fil Blanc Contact sonnerie VOIP
(6) Fil Violet Contact sonnerie entrée
(7) Fil Jaune Sortie relais sonnerie
(8) Fil Orange +12V (pour alimentation des relais)


Voici le schéma de la carte cave :



Cette carte contient l'alimentation, et plusieurs monostables qui vont définir les durées de fonctionnement des voyants, de la sortie et de la sonnette. Les monostables sont réalisés de façon classique avec des portes NON à trigger de Schmitt (CD40106).

R3 et C3 définissent la durée d'allumage de la sortie une fois que les sonneries ont cessées.

R4 et C4 définissent la durée minimum de fonctionnement de la sonnette de l'entrée.

R9 et C5 définissent la durée d'allumage du voyant sonnette une fois que la sonnerie a cessée.

R12 et C6 définissent la durée d'allumage du voyant FT une fois que la sonnerie a cessée.

R16 et C7 définissent la durée d'allumage du voyant VOIP une fois que la sonnerie a cessée.

R21 et C8 sont câblés en oscillateur avec la 6ième porte NON du CD40106. Via le transistor T6, ils permettent de faire clignoter rapidement les voyants plutôt que de les allumer de façon fixe. Cela attire le regard et permet de distinguer nettement ces voyants parmi les autres voyants fixes de l'environnement (atelier).

Les diodes D4, D5, D6, D7, D8, D9, et D10 permettent de réaliser des opérations logiques OU sans avoir à recourir à des circuits intégrés supplémentaires. Rudimentaire mais efficace et fiable. Ainsi, via D4, D5 et D6, le contact sonnette va agir sur la sortie RL1, sur le relais sonnerie, et sur le voyant sonnette.

Voici les valeurs des composants :
TR1 = Transformateur moulé 5VA 220V / 12V
B1 = Pont redresseur
D1 = D2 = D3 = 1N4001
D4 = D5 = D6 = D7 = D8 = D9 = D10 = 1N4148
DL1 = Diode électroluminescente bleue
DL2 = Diode électroluminescente rouge
DL3 = Diode électroluminescente jaune
DL4 = Diode électroluminescente verte
T1 = T2 = 2N2222
T3 = T4 = T5 = BC548
T6 = 2N2904 (PNP)
IC1 = CD40106
REG1 = 7812
C1 = Condensateur chimique polarisé 1000f 35V
C2 = Condensateur céramique 100nf 250V
C3 = Condensateur chimique polarisé 330f 16V
C4 = Condensateur chimique polarisé 100f 16V
C5 = C6 = C7 = Condensateur chimique polarisé 470f 16V
C8 = Condensateur chimique polarisé 6,8f 16V
F1 = Fusible 250V 2A
F2 = Fusible 250V 100mA
F3 = Fusible 250V 400mA
R1 = R6 = R10 = R14 = R18 = R20 = R21 = 10KOhms 1/4W
R2 = R7 = R8 = R13 = R17 = 100 Ohms 1/4W
R3 = R4 = 22KOhms 1/4W
R9 = R12 = R16 = 33KOhms 1/4W
R5 = 10KOhms 1/4W, a ajouter si vous rencontrez des problèmes de parasites avec un câble de liaison trop long
R11 = R15 = R19 = R22 = 470 Ohms 1/4W


Voici le schéma du clignoteur de la carte coupures :



Rien de compliqué, on utilise le très courant CD4011 qui comporte 4 portes NAND dans un boitier DIL 14.

La période du clignotement est définie par R4 et C1. R1 est nécessaire pour faire fonctionner le montage étant donné que les portes des CD4011 ne comportent pas d'hystérésis. Les diodes électroluminescentes sont alimentées directement par les portes via une résistance de 1KOhms.

Voici les valeurs des composants :
R1 = R2 = R3 = 1KOhms 1/4W
R4 = 22KOhms 1/4W
R5 = 1MOhms 1/4W
C1 = Condensateur céramique 220nf 250V
C2 = Condensateur chimique polarise 220f 16V

Voici le schéma de câblage de l'ensemble des cartes :

Ce schéma montre le cas de figure le plus complexe, c'est-à-dire sur une installation avec ligne FT et ligne VOIP, parafoudre, centrale domotique et si vous réaliser toutes les cartes.



Ce schéma comporte le détail de la carte sonnette et coupures.

La carte coupure comporte un relais dont la bobine fonctionne en 220V, et un autre dont la bobine fonctionne en 12V. Vous aurez probablement à adapter cette carte en fonction des relais dont vous disposez.

5. Les typons et les implantations des composants

Les circuits imprimés ont étés réalisés avec le logiciel CiDess.

Vous pouvez télécharger gratuitement CiDess à l'adresse suivante : www.remylucas.fr

Voici les fichiers CID correspondant à chaque carte : Voici le fichier CIT contenant les types de composants particuliers utilisés par le montage : repeteur.cit (3,4 Ko).

Voici un fichier regroupant toutes les cartes sur une page A4 pour permettre leur insolation en une seule fois : touslestypons.cid (26,9 Ko).

Procurez-vous tous les composants avant de réaliser les cartes. Vous aurez peut-être à modifier le tracé des circuits imprimés ; c'est particulièrement le cas pour les transformateurs, les portes-fusibles, les potentiomètres et les borniers.

Je vous recommande de placer les circuits intégrés sur des supports.

Les voyants de la carte cave ont étés placés sur une carte indépendante pour pouvoir êtres déportés en face avant.

Avec CiDess vous pouvez afficher et imprimer directement les typons et les implantations détaillées. Les valeurs des composants, en plus de leurs références, ont étés saisies. Néanmoins je vous donne quand même ci-dessous les aperçus des typons et des implantations.

Typon de la carte cave :



Typon de la carte voyants cave :



Typon de la carte coupure :



Typon de la carte sonnette :



Typon de la carte téléphones :



Si vous n'utilisez pas CiDess pour créer vos circuits imprimés, vous pouvez télécharger les typons en haute résolution avec les liens suivants : Implantation de la carte cave :



Implantation de la carte voyants cave :



Implantation de la carte coupure :



La carte coupures utilise un bloc de trois interrupteurs " radios ". Attention, il ne s'agit par d'un sélecteur à trois positions mais bien de trois interrupteurs indépendants.

Implantation de la carte sonnette :



J'ai utilisé comme bornier pour la carte sonnette une simple barrette domino.

Implantation de la carte téléphones :



Vous pouvez choisir d'alimenter directement la carte téléphones en 220V. Pour ce faire, ne câblez par TR2 mais le porte fusible F1 et le strap S3 à la place. Les deux bornes centrales du bornier seront à raccorder au 220V.

Vous trouverez sur mon site rubrique électronique - infos pratiques - circuits imprimés elec-info-ci.html des indications sur la réalisation de circuits imprimés.

Vous pouvez aussi télécharger les schémas d'implantations en haute résolution avec les liens suivants :

6. Essais et réglages

Après avoir terminé les circuits, avant de brancher quoi que ce soit, vérifiez d'abord :
  • si aucune soudure ou composant n'a été oublié
  • le bon sens et le bon emplacement des composants
  • si aucune piste n'est coupée
  • s'il n'y a pas de court-circuit entre deux pistes ou pastilles voisines causé par un peu de soudure ; en cas de doute, passez la lame d'un cutter entre les pastilles entre lesquelles vous suspectez un court-circuit
Vous pouvez tester les cartes indépendamment les unes des autres.

Test de la carte cave :
  • alimentez-la
  • la diode DL4 doit s'allumer ; vérifier la présence du +12V à la sortie du régulateur
  • avec un morceau de fil dont l'une des extrémités est raccordée au commun des contacts (3), vous pouvez tester le bon fonctionnement des monostables en touchant avec l'autre extrémité une des bornes 4, 5 ou 6
  • un contact même bref entre le commun et une des bornes 4, 5 ou 6 doit déclencher le relais RL1 pendant quelques secondes, ainsi que le clignotement d'une des diodes DL1, DL2 ou DL3 pendant une durée plus longue
  • un contact entre 3 et 6 déclenchera en plus, la mise au commun de la borne 7 via le transistor T2
Test de la carte téléphones :
  • ne mettez pas les amplificateurs opérationnels sur les supports
  • vérifiez l'isolation galvanique entre les lignes et l'alimentation :
    • branchez la 1ière borne d'un ohmmètre (calibre mini 100KOhms) sur une des bornes " ligne FT "
    • avec l'autre borne, touchez successivement chaque borne de la ligne VOIP, les bornes correspondant aux sorties de chaque relais, et les bornes correspondant à l'alimentation
    • recommencez en branchant la 1ière borne de l'ohmmètre à l'autre borne " ligne FT "
    • faites la même chose avec la ligne VOIP
  • alimentez la carte (soit avec la carte cave testée précédemment ou bien directement en 220V en fonction de la solution que vous aurez choisie)
  • vérifiez la présence du +5V entre la masse et la sortie de chaque régulateur
  • débranchez l'alimentation, patientez une minute
  • mettez les amplificateurs sur les supports
  • alimentez à nouveau la carte
  • raccorder la ligne FT et la ligne VOIP
  • vous allez pouvoir passer à la suite et faire les réglages
Réglages de la carte téléphones :
  • ayez devant vous :
    • la carte téléphones, alimentée et avec les lignes FT et VOIP branchées dessus
    • un téléphone raccordé à la ligne FT
    • un téléphone raccordé à la ligne VOIP
  • réglage du potentiomètre correspondant à la ligne FT (P1) :
    • tournez P1 à fond vers la gauche
    • faites sonner votre ligne FT (par exemple, en l'appelant avec le téléphone de votre ligne VOIP) ; assurez vous que personne ne décroche
    • tournez doucement P1 vers la droite jusqu'à ce que le relais RL1 se mette à coller pendant un train de sonnerie ; repérez la position de P1 (nous l'appellerons position A)
    • raccrochez le téléphone utilisé pour appeler la ligne
    • décrochez et raccrochez plusieurs fois à quelques secondes d'intervalle le téléphone raccordé sur la ligne FT, tout en continuant à tourner doucement P1 vers la droite
    • lorsque le relais RL1 va se mettre à coller, arrêter de tourner P1 et notez la position que nous appellerons B
    • réglez maintenant le curseur de votre potentiomètre P1 au milieu des positions A et B
  • réglage du potentiomètre correspondant à la ligne VOIP (P2) :
    • tournez P2 à fond vers la droite
    • faites sonner votre ligne VOIP (par exemple, en l'appelant avec le téléphone de votre ligne FT) ; assurez vous que personne ne décroche
    • tournez doucement P2 vers la gauche jusqu'à ce que le relais RL2 se mette à coller pendant un train de sonnerie ; repérez la position de P2 (nous l'appellerons position A)
    • raccrochez le téléphone utilisé pour appeler la ligne
    • décrochez et raccrochez plusieurs fois à quelques secondes d'intervalle le téléphone raccordé sur la ligne VOIP, tout en continuant à tourner doucement P2 vers la gauche
    • lorsque le relais RL2 va se mettre à coller, arrêter de tourner P2 et notez la position que nous appellerons B
    • réglez maintenant le curseur de votre potentiomètre P2 au milieu des positions A et B
Avant de câbler toutes les cartes dans votre maison, vous pouvez faire un test général en reliant toutes les cartes entre elles :



Vous pouvez tester la carte sonnette en la raccordant au 220V et en utilisant un bouton poussoir.

7. Installation

J'ai simplement placé ma carte téléphones à côté de mon filtre maître ADSL. J'ai utilisé comme coffret pour les cartes cave et sonnette des grosses boîtes de dérivations :









Ces boîtes de dérivations sont très pratiques : étanches, couvercle avec fermeture par vis, économique (1 à 3 chez Bricodépôt). Pour que les leds en face avant soient bien alignées, ne faites les soudures qu'après avoir assemblé mécaniquement les diodes, la carte, et la face avant :



Pour le coffret coupure, j'ai fabriqué un petit coffret en plastique, en utilisant une défonceuse sur table pour faire des rainures et une lampe halogène récupérée dans une imprimante laser pour plier le plastique :


















Pour tailler les encoches et les découpes j'ai utilisé ma fraiseuse, mais c'est tout à fait faisable avec une scie sauteuse et une lime :









Le fond du boîtier est fixé au mur après avoir percé un trou pour le passage du câble de liaison :






Ensuite la carte est fixée sur le fond :



Enfin le boîtier est mis en place :



N'oubliez pas de repérer les câbles utilisés et de mettre des étiquettes sur vos coffrets, cela facilitera une intervention ultérieure. Pour ma part j'ai carrément collé sur ou dans les coffrets les schémas d'implantation avec les indications de câblage.